Paris : Les merveilles du 5e arrondissement

Paris : Les merveilles du 5e arrondissement
John Graves

Table des matières

Le cinquième arrondissement est l'un des arrondissements centraux de Paris. Également connu sous le nom de Panthéon, du nom de l'ancien temple ou mausolée de la rue Soufflot, le cinquième arrondissement est situé sur la rive sud de la Seine.

Le 5e arrondissement se distingue par la présence de nombreuses institutions importantes, qu'elles soient historiques, éducatives, culturelles ou d'enseignement supérieur. Le 5e arrondissement abrite également le Quartier Latin, dominé par les universités, collèges et lycées depuis le 12e siècle, date de la création de la Sorbonne.

Le cinquième est l'un des plus anciens quartiers de Paris, comme en témoignent les nombreuses ruines anciennes au cœur de l'arrondissement. Dans cet article, nous allons découvrir ce que vous pouvez voir, visiter et faire dans le cinquième arrondissement, où vous pouvez vous loger et où vous pouvez manger un délicieux morceau. Mais avant tout cela, laissez-moi vous présenter un peu de l'histoire du cinquième arrondissement.

Le 5e arrondissement : bribe d'histoire

Construit par les Romains, le 5e arrondissement est le plus ancien des 20 arrondissements de Paris. Les Romains ont d'abord conquis le site gaulois de l'île de la Cité, puis ils ont établi la ville romaine de Lutèce. La ville de Lutèce était le foyer de la tribu gauloise des Parisii, d'où la ville moderne de Paris a tiré son nom.

La ville de Lutèce existait bien avant l'arrivée des Romains. Les traces d'habitants dans la région remontent au IIIe siècle avant notre ère. Lutèce a joué un rôle important en tant que ville située sur les anciennes routes commerciales. Les Romains ont capturé la ville au Ier siècle avant notre ère et l'ont reconstruite en tant que ville romaine.

Même en tant que ville romaine, l'importance de Lutèce dépendait de sa situation au point de rencontre des routes commerciales maritimes et terrestres. Un témoignage de l'époque gallo-romaine est le pilier des bateliers, construit à Lutèce en l'honneur de Jupiter. La colonne a été construite au Ier siècle après J.-C. par les marchands fluviaux et les marins locaux et est le monument le plus ancien de Paris.

La ville romaine de Lutèce a été construite sur le modèle de Rome. Un forum, un amphithéâtre, des bains publics et thermaux et une arène ont été construits. Parmi les ruines qui subsistent encore aujourd'hui de l'époque de Lutèce romaine, on trouve le forum, l'amphithéâtre et les bains romains. La ville est devenue la capitale de la dynastie mérovingienne des rois de France et n'a plus été connue ensuite que sous le nom de Paris.

A voir et à faire dans le 5e arrondissement

Le 5e arrondissement abrite entre ses rues de nombreux monuments historiques, religieux et culturels. Outre le Quartier Latin, l'un des plus prestigieux du 5e arrondissement, il est partagé avec le 6e arrondissement et abrite des établissements d'enseignement supérieur à tous les coins de rue.

Édifices religieux dans le 5e arrondissement

1. Saint-Éphrem-le-Syriaque :

Saint Ephrem est vénéré comme l'un des hymnographes du christianisme oriental. Il est né dans la ville de Nisibis, dans l'actuelle Nusaybin en Turquie, vers l'an 306. Il a écrit un grand nombre d'hymnes, de poèmes et de sermons en vers.

Deux chapelles ont précédé l'église actuelle sur le même emplacement. La première chapelle a été construite vers 1334 par André Ghini, évêque d'Arras, qui a transformé sa maison de Paris en un collège d'étudiants italiens, connu sous le nom de Collège des Lombards.

En 1677, le collège est racheté par deux prêtres irlandais qui en font un collège irlandais. Ils construisent ensuite la deuxième chapelle en 1685. La chapelle actuelle est achevée en 1738. Elle cesse cependant ses activités religieuses en 1825 et est rachetée par la Ville de Paris puis attribuée à la Mission Syriaque Catholique en France en 1925.

Aujourd'hui, l'église accueille fréquemment des concerts de pianistes et de musique classique. L'atmosphère acoustique de l'église ajoute à la beauté de la musique. Imaginez par exemple que vous écoutiez Chopin dans une salle éclairée à la bougie. Calme et beauté !

2. Église Notre-Dame-du-Liban (cathédrale Notre-Dame-du-Liban de Paris) :

Cette église du XIXe siècle est l'église mère de l'éparchie catholique maronite Notre-Dame du Liban de Paris. La cathédrale a été construite vers 1893 et 1894 par l'architecte Jules-Godefroy Astruc, et son inauguration a eu lieu en 1894. L'église est construite par les pères jésuites de l'école Sainte-Geneviève, dans le 5e arrondissement.

Notre-Dame-du-Liban est dédiée à Notre-Dame du Liban, un sanctuaire marial situé dans la capitale libanaise, Beyrouth. En 1905, la loi française sur la séparation des Églises et de l'État a été promulguée, ce qui a entraîné le départ des Jésuites de l'église, qui a été affectée au culte maronite en 1915.

Une maison franco-libanaise a été construite autour de l'église en 1937. L'église a été construite dans un style néo-gothique et d'importantes rénovations de l'édifice, de sa toiture, de l'auvent et de la rose ont eu lieu de 1990 à 1993. Le label classique Erato a effectué la plupart de ses enregistrements dans l'église. En 30 ans, plus de 1 200 disques ont été enregistrés.

3. Église de Saint-Étienne-du-Mont :

L'église Saint-Étienne du Mont est un lieu de culte catholique à Paris situé dans le quartier latin.

Cette église du 5e arrondissement est située à proximité du Panthéon. Le premier lieu de culte sur le site remonte à la cité gallo-romaine de Lutèce. La tribu des Parisii s'installe sur une colline de la rive gauche de la Seine sur laquelle elle construit un théâtre, des thermes et des villas.

Au VIe siècle, Clovis, roi des Francs, fit construire une basilique au-dessus de l'église, dédiée aux apôtres Pierre et Paul. Clovis et son épouse Clotilde, ainsi que plusieurs rois de la dynastie mérovingienne, furent enterrés dans l'église. Sainte Geneviève, qui avait défendu la ville contre une attaque barbare, devint la sainte patronne de la ville et fut également enterrée dans la basilique.

En 502, l'abbaye Sainte-Geneviève est construite à côté de l'église et celle-ci est intégrée à l'abbaye. Au nord de l'abbaye, une église plus grande est construite en 1222 pour accueillir la population croissante de la ville ainsi que les maîtres et les étudiants du Collège de la Sorbonne. La nouvelle église autonome est dédiée à Saint-Etienne ou à Saint Etienne.

La construction de l'église actuelle a débuté en 1494, après que les autorités ecclésiastiques eurent décidé de construire une église entièrement nouvelle dans le nouveau style gothique flamboyant. Cependant, les travaux de la nouvelle église n'ont pas été à la hauteur de l'enthousiasme avec lequel la décision avait été prise ; les travaux ont progressé très lentement.

En 1494, l'abside et le clocher sont planifiés tandis que les deux premières cloches sont coulées en 1500. Le chœur est achevé en 1537 et l'abside des chapelles latérales est bénite en 1541. Le style architectural a évolué au fil du temps ; ce qui avait commencé par le gothique flamboyant s'est peu à peu transformé en un nouveau style Renaissance.

Les fenêtres, les sculptures de l'église ainsi que la nef ont été réalisées dans le nouveau style architectural de la Renaissance. Alors que la nef n'a été achevée qu'en 1584, les travaux de la façade ont commencé en 1610. La chaire sculptée ornée a été installée en 1651, 25 ans après la consécration de l'église par le premier évêque de Paris, Jean-François de Gondi.

La grande valeur religieuse de Saint-Étienne-du-Mont aux XVIIe et XVIIIe siècles se manifeste par une procession annuelle qui part de l'église pour se rendre à Notre-Dame de Paris et revenir à l'église en portant la châsse de sainte Geneviève, ainsi que par l'inhumation dans l'église de plusieurs savants et artistes de renom comme Pierre Perrault et Eustache Le Sueur.

Le roi Louis XV voulait remplacer l'abbaye par une église beaucoup plus grande. Après de nombreuses modifications et altérations, le nouveau bâtiment a finalement donné naissance au Panthéon de Paris. Comme la plupart des églises en France pendant la Révolution française, l'église a été fermée et transformée plus tard en temple de la piété filiale.

Les sculptures, les décorations et même les vitraux de l'église ont été gravement endommagés pendant la révolution, et les reliques et les trésors de l'église ont été pillés. En vertu du Concordat de 1801, le culte catholique a été rétabli dans l'église en 1803. L'abbaye a été démolie en 1804 et le seul bâtiment qui en a survécu est l'ancien clocher, qui a été intégré au campus du Lycée Henri IV.

De grands travaux de restauration de l'église Saint-Étienne-du-Mont sont entrepris entre 1865 et 1868. L'architecte parisien Victor Baltard supervise la restauration de la façade et l'augmentation de sa hauteur. Les sculptures et les vitraux détruits pendant la révolution sont remplacés, en plus de l'ajout d'une nouvelle chapelle, la chapelle des catéchismes.

La façade de l'église, de style Renaissance, présente une pyramide allongée à trois niveaux. Le niveau inférieur est couvert de sculptures puis d'un fronton classique triangulaire et d'un bas-relief représentant la Résurrection de Jésus-Christ. Le niveau intermédiaire est principalement constitué d'un fronton curviligne orné de sculptures représentant les armoiries de la France et celles de l'ancienne abbaye, le tout surmonté d'une rosace gothique.Le niveau supérieur est un pignon triangulaire avec une rosace elliptique.

L'intérieur de l'église est une fusion entre l'architecture gothique flamboyante et le style Nouvelle Renaissance. Les voûtes d'arêtes avec des clés de voûte suspendues représentent le style gothique flamboyant, tandis que les colonnes classiques et les arcades avec des têtes d'anges sculptées représentent le style Nouvelle Renaissance.

Les deux grandes arcades de la nef constituent l'un des éléments les plus remarquables de l'église. Les arcades sont composées de colonnes circulaires et d'arcs arrondis qui séparent la nef des bas-côtés. Les passages des arcades sont dotés de balustrades qui servent à exposer les tapisseries de la collection de l'église lors des fêtes religieuses spéciales.

Un autre élément unique de l'église est le paravent du Rood ou le Jubé. Ce paravent sculptural séparant la nef du chœur est le seul exemple d'un tel modèle à Paris, il a été créé en 1530. Autrefois, le paravent était utilisé pour lire les écritures aux fidèles. Le paravent a été conçu par Antoine Beaucorps avec des décorations de la Renaissance française, malgré sa fonction gothique. Deux escaliers élégantspermettent d'accéder à la tribune située au centre, face à la nef, utilisée pour les lectures.

Bien que les paravents de rotonde aient été populaires au Moyen Âge, leur utilisation dans l'architecture a été supprimée aux XVIIe et XVIIIe siècles, à la suite d'un décret du Concile de Trente qui a décidé de rendre les cérémonies dans le chœur plus visibles pour les paroissiens dans la nef.

Si l'église Saint-Étienne-du-Mont abrite la châsse de Sainte Geneviève, le reliquaire actuel n'a été réalisé qu'au XIXe siècle. La chapelle de la patronne de Paris a été construite en gothique flamboyant et son reliquaire ne contient qu'un fragment de son tombeau d'origine. Son tombeau d'origine et ses reliques ont été détruits lors de la Révolution française.

À l'extrémité est de l'église se trouve la chapelle de la Vierge ainsi qu'un petit cloître qui comprenait autrefois un cimetière, mais qui ne contient plus de tombes. À l'origine, l'église comportait trois galeries avec 24 vitraux. Cependant, beaucoup d'entre eux ont été détruits pendant la Révolution française et seuls 12 ont survécu. Ils représentent des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, ainsi que des scènes de la vie quotidienne.La vie à Paris.

Le buffet de l'orgue de l'église est le plus ancien et le mieux conservé de Paris. L'orgue lui-même a été installé en 1636 par Pierre Pescheur, d'autres travaux ont été effectués par la suite, en 1863 et 1956. Le buffet de l'orgue a été réalisé en 1633 et est surmonté d'une sculpture représentant le Christ entouré d'anges jouant du kinnor.

4. Église Saint-Jacques du Haut-Pas :

Située à l'angle de la rue Saint-Jacques et de la rue de l'Abbé de l'Épée dans le 5e arrondissement, cette église paroissiale catholique romaine est un monument historique depuis 1957. Un lieu de culte existait à l'emplacement de l'église actuelle dès 1360. La première chapelle fut construite par l'ordre de Saint-Jacques d'Altopascio qui avait acquis les terrains autour de la chapelle en 1180.

Quelques frères de l'Ordre sont restés au service de la chapelle malgré leur oppression par le pape Pie II en 1459. A cette époque, plusieurs institutions religieuses et maisons ont été construites dans les environs de la chapelle. En 1572, le site a été ordonné par Catherine de Médicis pour accueillir quelques moines bénédictins, qui avaient été expulsés de leur abbaye de Saint-Magloire.

En raison de la croissance de la population autour de la chapelle et de la coutume des gens de prier dans la petite chapelle, les moines bénédictins étaient mal à l'aise avec les foules et ont demandé leur départ. Ainsi, pour accueillir le nombre croissant de fidèles, l'évêque a ordonné la construction d'une nouvelle église, adjacente à ce qui était alors le monastère de Saint-Magloire.

Une petite église fut ensuite construite en 1584 pour desservir trois paroisses : Saint-Hippolyte, Saint-Benoît et Saint-Médard. Un cimetière fut créé à côté de la chapelle d'origine la même année que la construction de l'église. Bien que l'on accède à l'église par le cimetière du monastère, ce dernier fut fermé en 1790. Peu de temps après, on s'aperçut que cette église était trop petite pour accueillir la population du monastère.adorateurs.

En 1630, Gaston, duc d'Orléans, ordonne d'importants travaux de reconstruction qui entraînent la démolition du mur arrière de l'église et l'inversion du sens de circulation, l'entrée de l'église se faisant donc par la rue Saint-Jacques. En raison du manque de fonds et du mauvais état de la paroisse, les travaux progressent très lentement et la voûte de style gothique prévue à l'origine ne peut pas être construite.

Des ouvriers proposent de travailler à l'église un jour par semaine sans salaire, ainsi que des maîtres porteurs qui pavent le chœur gratuitement. Mais un arrêt du parlement de 1633 crée une paroisse autour de l'église et de sa dédicace à saint Jacques le Mineur et à saint Philippe l'Apôtre. Ces deux saints ont toujours été les patrons de l'église Saint-Jacques du Haut-Pas.

Voir également: Le parcours remarquable de Van Morrison

L'histoire de l'église au XVIIe siècle est assez intéressante, avec des liens étroits avec l'abbaye de Port-Royal-des-Champs. L'abbaye est le point de départ de la diffusion du jansénisme en France. De plus, la princesse Anne Geneviève de Bourbon, qui avait embrassé le jansénisme, a fait des dons importants pour la construction d'une annexe à l'abbaye.

Après la mort de la princesse et la destruction de l'abbaye, son cœur fut déposé à Saint-Jacques du Haut-Pas. L'église abrite également le tombeau de Jean du Vergier de Hauranne, ami de Cornelius Jansen et responsable de la diffusion du jansénisme en France.

En 1675, l'architecte Daniel Gittard dessine de nouveaux plans pour l'église et en 1685, le gros œuvre est terminé. Cependant, tous les travaux envisagés par Gittard ne sont pas réalisés. Gittard avait initialement dessiné deux tours pour l'église et une seule a été construite, mais avec le double de la hauteur du plan original. La chapelle de la Vierge a été construite en 1687.

Comme toutes les églises de la Révolution française, Saint-Jacques du Haut-Pas subit elle aussi l'oppression. Selon une loi de 1797, l'égalité d'accès aux lieux de culte doit être accordée à toutes les religions qui en font la demande. Les théophilantropes demandent donc à pouvoir accéder à l'église et à l'utiliser comme lieu de réunion.

Le chœur de l'église est réservé aux théophilantropes et la nef aux fidèles catholiques. L'église prend alors le nom de Temple de la Charité. En vertu du Concordat de 1801, promulgué par Napoléon, la paroisse retrouve l'accès à l'ensemble de l'église.

L'effet du jansénisme sur la décoration de l'église est évident. Au cours du XIXe siècle, cette décoration éparse est compensée par des dons de familles fortunées. Des offrandes de peintures et de verrières sont faites par des familles comme la famille Baudicour qui fournit l'autel du bas-côté nord en 1835 ainsi que la totalité de la décoration de la chapelle Saint-Pierre.

Une explosion en 1871 a gravement endommagé l'orgue, qui a été restauré en 1906. Cependant, les composants électropneumatiques installés se sont rapidement détériorés et une nouvelle restauration a dû être effectuée dans les années 1960. Le nouvel orgue, qui contenait encore des parties de l'ancien, a finalement été inauguré en 1971.

L'un des prêtres les plus éminents de la paroisse est Jean-Denis Cochin, qui fut curé de 1756 à 1780. Bien qu'il ait fait beaucoup d'œuvres de charité, son travail le plus remarquable a été de s'occuper des défavorisés. À cette fin, il a fondé un hôpital dans le faubourg Saint-Jacques et l'a baptisé du nom des patrons de la paroisse : Hôpital Saint-Jacques-Saint-Philippe-du-Haut-Pas.

Le nouvel hôpital se spécialise dans le traitement des blessures des ouvriers pauvres, dont la plupart travaillent dans les carrières avoisinantes. Lorsque Jean-Denis Cochin meurt en 1783, il est enterré au pied du chœur de l'église. L'hôpital porte son nom, Hôpital Cochin, en 1802 et remplit toujours ses fonctions jusqu'à aujourd'hui.

De nombreux scientifiques français sont également enterrés dans l'église, notamment Charles de Sévigné, fils de la très estimée Madame de Sévigné, qui, après avoir mené une vie extravagante, embrassa le jansénisme et vécut une vie austère. L'astronome italien français Giovanni Domenico Cassini ainsi que le mathématicien et astronome français Philippe de La Hire ont également été enterrés dans l'église.

5. Église Saint-Julien-le-Pauvre :

Paris : Les merveilles du 5e arrondissement 8

Cette église paroissiale melkite gréco-catholique du XIIIe siècle, située dans le 5e arrondissement, est l'un des plus anciens édifices religieux de Paris. L'église Saint-Julien-le-Pauvre était à l'origine une église catholique romaine construite dans un style architectural roman au XIIIe siècle.

L'église est dédiée à deux saints du même nom, Julian du Mans et l'autre de la région du Dauphiné. L'ajout des mots "les pauvres" vient de l'engagement du Mans envers les pauvres, qualifié d'extraordinaire.

Un bâtiment plus ancien existait sur le même site depuis le VIe siècle. La nature de l'édifice n'est pas affirmée, mais il s'agissait soit d'un refuge mérovingien pour les pèlerins, soit d'une église plus ancienne. Une synagogue juive, considérée comme la plus ancienne de la ville, se trouvait également dans les locaux de la synagogue.

La construction de la nouvelle église actuelle débute vers 1165 ou 1170 en s'inspirant de la cathédrale Notre-Dame ou de l'église Saint-Pierre de Montmartre. La communauté monastique clunisienne de Longpont soutient la construction, qui aboutit à l'achèvement du chœur et de la nef vers 1210 ou 1220.

En 1250, toute construction semble avoir cessé. Après des siècles d'abandon, deux des travées originelles de la nef semblent avoir été démolies. Cependant, une façade nord-ouest a été ajoutée tandis que le bas-côté nord a été conservé avec deux de ses travées servant de sacristie.

Les travaux s'arrêtent à nouveau et, après plus d'un siècle, l'édifice est promis à la démolition pendant la Révolution française, ce qui entraîne de nouvelles dégradations. Comme toutes les églises du Concordat de 1801, Saint-Julien-le-Lauvre est rendue au catholicisme et d'importants travaux de restauration sont entrepris dans la première moitié du XIXe siècle.

Sous la Troisième République française, plus précisément en 1889, l'église est attribuée à la communauté catholique melkite de Paris, composée d'Arabes et de Moyen-Orientaux. Il s'ensuit d'importants travaux de restauration de l'église, qui sont critiqués par l'écrivain français Joris-Karl Huysmans, qui qualifie l'introduction d'éléments du Levant dans un décor ancien de désaccord absolu !

Bien que Saint-Julien-le-Pauvre soit l'une des rares églises à avoir survécu au XIIe siècle, elle n'a jamais été achevée dans la forme originale prévue. Par exemple, le chœur devait être haut de trois étages et une tour devait être construite sur le côté sud de l'église, mais seuls les escaliers de la tour ont été construits.

Saint-Julien-le-Pauvre a été le lieu de la dernière tentative, ratée, d'attirer l'attention sur le mouvement artistique Dada. La performance, appelée "Dada Excursion", n'a pas attiré l'attention et a finalement entraîné la séparation des artistes qui ont créé le mouvement. Par ailleurs, l'église a servi et sert toujours de lieu de concerts de musique classique et d'autres genres musicaux.

6. Saint Médard Église :

Cette église catholique romaine dédiée à Saint Médard est située au bout de la rue Mouffetard dans le 5ème arrondissement. La première église construite sur le site remonterait au 7ème siècle et aurait été détruite par les envahisseurs normands lors de leurs raids au 9ème siècle. L'église n'a ensuite été reconstruite qu'au 12ème siècle.

Voir également: Le magnifique temple d'Abou Simbel

Saint Médard était l'évêque de Noyon, dans le nord de la France. Il a vécu une partie des Ve et VIe siècles et fut l'un des évêques les plus honorés de son temps. Il était souvent représenté en train de rire, la bouche grande ouverte, raison pour laquelle il était généralement invoqué contre les maux de dents.

La légende veut que Saint Médard ait été protégé de la pluie dans son enfance par un aigle qui planait au-dessus de lui. C'est la raison principale pour laquelle Médard est étroitement associé au temps, bon ou mauvais. La légende météorologique de Saint Médard est similaire à celle de Saint Swithun en Angleterre.

La légende météorologique de Saint-Médard est expliquée dans la rime : "Quand il pleut à la Saint-Médard, il pleut quarante jours plus tard" ou "S'il pleut le jour de la Saint-Médard, il pleut quarante jours de plus", mais la légende veut que quel que soit le temps qu'il fait le jour de la Saint-Médard (8 juin), bon ou mauvais, il continuera ainsi pendant quarante jours, à moins que le temps ne change le jour de la Saint-Barnabé...(11 juin).

C'est pourquoi Saint Médard est le patron des vignerons, des brasseurs, des captifs, des prisonniers, des paysans et des malades mentaux. On dit aussi qu'il est le protecteur de ceux qui travaillent en plein air. Tout cela en plus de l'invoquer contre les maux de dents.

Construite principalement en style gothique flamboyant, l'église Saint-Médard a été agrandie au cours des XVe, XVIe et XVIIe siècles. Les derniers ajouts structurels ont eu lieu au XVIIIe siècle, avec la construction de la chapelle de la Vierge et du presbytère.

Pendant la Révolution française, l'église Saint-Médard est transformée en temple du travail. Après le Concordat napoléonien de 1801, l'église reprend ses activités avec sa vocation d'origine. Au XIXe siècle également, le jardin public de la place Saint-Médard est aménagé et agrandi.

Bien que le style architectural de l'église soit principalement le gothique flamboyant, des éléments des styles gothique, Renaissance et classique s'entremêlent à l'intérieur de l'église. On y trouve différentes œuvres d'art telles que "la promenade de saint Joseph et de l'enfant Jésus" de Zurbaran, des tapisseries des Gobelins et des vitraux.

7. Église Saint-Nicolas du Chardonnet :

Cette église catholique romaine du 5e arrondissement est située au cœur de la ville de Paris. Le premier lieu de culte construit sur le site fut une petite chapelle au 13e siècle. Les alentours de la chapelle étaient un champ de chardons, d'où le nom de l'église.

Une église a été construite par la suite, remplaçant la chapelle, mais la tour de l'horloge remonte à 1600. D'importants travaux de reconstruction ont eu lieu entre 1656 et 1763. Un séminaire a été établi à Saint-Nicolas en 1612 par Adrien Bourdoise. Le site voisin de la Mutualité a également été occupé par un séminaire au 19ème siècle.

Le plafond de l'église Saint-Nicolas du Chardonnet est décoré par le célèbre peintre Jean-Baptiste-Camille Corot, auteur du célèbre tableau Le Baptême du Christ. Depuis la loi de séparation de l'Église et de l'État, la Ville de Paris est propriétaire de l'église Saint-Nicolas et accorde à l'Église catholique romaine un droit d'usage gratuit sur l'édifice.

Bien que Saint-Nicolas du Chardonnet ait été à l'origine une église catholique romaine, l'église célèbre actuellement la messe en latin. Tout a commencé lorsque le prêtre traditionaliste François Ducaud-Bourget a rejeté la messe post-Vatican II et a rassemblé ses disciples lors d'une réunion à la Maison de la Mutualité, située à proximité. Ils ont ensuite marché jusqu'à l'église Saint-Nicolas, interrompant la messe de clôture et Ducaud-Bourget a été contraint de se rendre à l'église Saint-Nicolas.s'est approché de l'autel et a dit la messe en latin.

Bien que l'interruption ait été initialement prévue pour la durée de la messe, l'occupation de l'église s'est poursuivie indéfiniment par la suite. Le curé de Saint-Nicolas du Chardonnet s'est opposé aux agissements de Ducaud-Bourget et l'a expulsé de l'église. Le curé s'est tourné vers le tribunal et a pu obtenir une ordonnance judiciaire d'expulsion des occupants, mais cette ordonnance n'a pas été exécutée.dans l'attente d'une médiation.

L'écrivain Jean Guitton est choisi comme médiateur entre les occupants et l'archevêque de Paris de l'époque, François Marty. Après trois mois de médiation, Guitton reconnaît son échec à trouver un terrain d'entente. La bataille juridique se poursuit ensuite entre les décisions de justice rendues par les tribunaux français et la non-application de ces décisions par les forces de police.

Dans les années 1970, les occupants s'étaient ralliés à la Fraternité Saint-Pie X (SSPX) et avaient ensuite reçu l'aide de son chef, l'archevêque Marcel Lefebvre. Aujourd'hui encore, les traditionalistes célèbrent la messe en latin dans l'église, qui retransmet ses messes en direct sur sa chaîne YouTube, ainsi que les vêpres, les rosaires animés par le clergé et les cours de catéchisme.

8. Église Saint-Séverin :

Située dans la rue animée Saint-Séverin du Quartier Latin du 5e arrondissement, cette église est l'une des plus anciennes églises de la rive gauche de la Seine. Le premier lieu de culte construit à cet endroit était un oratoire construit autour de la tombe du pieux ermite Séverin de Paris. La petite église a été construite dans un style roman vers le 11e siècle.

La communauté grandissante de la rive gauche a créé le besoin d'une église plus grande. C'est pourquoi une église plus grande, avec une nef et des bas-côtés, a été commencée au 13ème siècle. Au siècle suivant, un autre bas-côté a été ajouté au côté sud de l'église de style gothique.

Au cours des siècles suivants, plusieurs travaux de restauration et d'agrandissement ont été effectués. Après un incendie pendant la guerre de Cent Ans en 1448, l'église a été reconstruite en style gothique tardif et un nouveau bas-côté a été ajouté au nord. D'autres ajouts ont été effectués en 1489, notamment une abside semi-circulaire à l'extrémité est avec un déambulatoire.

L'église Saint-Séverin prend l'aspect général qu'on lui connaît aujourd'hui en 1520. Des chapelles sont construites de part et d'autre de l'église pour gagner de l'espace. Une seconde sacristie est ajoutée en 1643 et la chapelle de communion à l'angle sud-est est construite en 1673. Des modifications du chœur, la suppression du jubé et l'ajout de marbre aux colonnes de l'abside sont réalisés en 1684.

L'extérieur de l'église Saint-Séverin présente plusieurs éléments de style gothique, notamment des gargouilles et des arcs-boutants. Les cloches de l'église comprennent la plus ancienne cloche d'église conservée à Paris, coulée en 1412. L'entrée ouest de l'église est surmontée d'une rosace flamboyante. Le portail gothique situé sous le clocher provient de l'église démolie de Saint-Pierre-aux-bœufs.

La décoration intérieure de Saint-Séverin comprend des vitraux et sept verrières modernes de Jean René Bazaine, inspirées des sept sacrements de l'Église catholique. Un pilier ressemblant à un tronc de palmier, qui rappelle l'Apprentice Pillar de la Rosslyn Chapel, constitue un élément inhabituel de l'intérieur de l'église.

L'histoire de la médecine s'est déroulée entre les murs de l'église : la première opération chirurgicale jamais enregistrée pour l'extraction de calculs biliaires a été réalisée par Germanus Collot en 1451.

9. Val-de-Grâce Église :

Située dans l'enceinte de l'hôpital du Val-de-Grâce, cette église catholique romaine est un autre point de repère du 5e arrondissement. L'église actuelle a d'abord été une abbaye, commandée par Anne d'Autriche, reine consort du roi Louis XIII. Anne avait ordonné la construction de l'abbaye après s'être liée d'amitié avec Marguerite de Veny d'Arbouse, prieure dans la vallée de la Bièvre.

Les travaux de construction débutent en 1634 sur le terrain de l'ancien hôtel du Petit-Bourbon, mais ils sont très lents, surtout après qu'Anne soit tombée en disgrâce auprès du roi. Anne continue de passer du temps à l'abbaye et c'est sa participation à des intrigues avec d'autres personnes tombées en disgrâce auprès du roi qui conduit Louis à lui interdire la visite de l'abbaye.

Peu de temps après, Anne tombe enceinte de l'héritier de Louis, le Dauphin Louis Dieudonné. Après la mort de son mari et après être devenue reine régente, Anne veut montrer sa gratitude à la Vierge Marie pour son fils. N'ayant pas eu d'enfant pendant 23 ans, elle décide de poursuivre la construction de l'église dans un style architectural baroque.

Les travaux de construction de la nouvelle église commencèrent en 1645 avec l'architecte François Mansart comme maître d'œuvre. Les travaux de l'église s'achevèrent en 1667 avec la participation de plusieurs architectes après Mansart, parmi lesquels Jacques Lemercier, Pierre Le Muet et Gabriel Leduc. Il est à noter que Mansart quitta le projet de l'église au bout d'un an seulement, en raison d'un différend concernant l'étendue et les dimensions de l'église, et qu'il n'y eut pas d'accord sur le choix de l'architecte.le coût du projet.

Monument architectural, l'édifice échappe à la démolition pendant la Révolution française, mais l'église est supprimée en 1790, ce qui entraîne l'enlèvement du mobilier et de l'orgue. En 1796, l'église est transformée en hôpital militaire.

Le plan de Mansart pour l'église ressemblait plus à un château qu'à une église traditionnelle. Il envisageait des tours flanquant la nef et une entrée surélevée. L'église a une façade à deux étages avec deux étages de colonnes jumelées qui soutiennent un fronton et des consoles flanquantes.

La coupole de style baroque possède un dôme intérieur qui a été décoré par Pierre Mignard entre 1663 et 1666. La coupole du Val-de-Grâce a été la première de ce type et de cette taille à Paris ; jusqu'alors, des coupoles plus petites étaient peintes dans le même style. La coupole a été peinte à fresque, c'est-à-dire sur du plâtre mouillé, ce qui en fait la première fresque importante en France.

La peinture de la fresque représente Anne d'Autriche présente par Sainte Anne et Saint Louis. Anne d'Autriche est représentée présentant une maquette d'abbaye demandée par elle à la Sainte Trinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. La peinture compte plus de 200 personnages présentés en cercles concentriques.

On ne sait pas grand-chose de l'orgue du Val-de-Grâce avant la Révolution française, date à laquelle il fut démonté et enlevé. L'église resta sans orgue jusqu'à la fin du XIXe siècle, lorsque l'orgue installé dans l'ancienne église Sainte-Geneviève fut enlevé pour devenir le Panthéon. L'orgue Aristide Cavaillé-Coll fut installé au Val-de-Grâce en 1891.

L'orgue a été légèrement rénové et agrandi en 1927 par Paul-Marie Koenig. D'autres travaux de restauration ont été effectués entre 1992 et 1993, ce qui a permis de supprimer les travaux de Koenig et de restaurer l'orgue dans sa forme d'origine.

Le Val-de-Grâce abrite aujourd'hui un musée et une bibliothèque de la médecine militaire française. L'hôpital militaire fondé en 1796 a été transféré dans un nouveau bâtiment en 1979. Des visites de l'église et du musée sont possibles avec un appareil photo uniquement à l'intérieur de l'église. Étant donné qu'il s'agit d'un établissement militaire, des gardes sont postés à différents endroits du bâtiment.

10. La Grande Mosquée :

La Grande Mosquée de Paris, située dans le 5e arrondissement, est l'une des plus grandes mosquées de France. Le projet de construction d'une mosquée dans la capitale française remonte à 1842. Cependant, la première structure ressemblant à une mosquée a été construite en 1856 au Père Lachaise pour accueillir les services funéraires et les prières des défunts avant leur enterrement.

En 1883, le bâtiment du Père Lachaise est tombé en ruine et bien que des plans aient été proposés pour le restaurer, il a été décidé de ne pas construire de mosquée au cimetière. Lorsque l'Algérie était une colonie française, l'État français a facilité le voyage des Algériens vers la France pour combler le manque de main-d'œuvre et de soldats. Les milliers de vies perdues lors de la bataille de Verdun de la Première Guerre mondiale,a nécessité la construction de la mosquée.

En 1920, l'État français finance la construction de la Grande Mosquée de Paris. Le projet d'Institut musulman comprend une mosquée, une bibliothèque et une salle de réunion et d'étude. La première pierre est posée en 1922 sur le site de l'ancien hôpital de la Charité et à côté du Jardin des Plantes.

La mosquée a été construite dans le style architectural mauresque et l'effet de la mosquée el-Qaraouyyîn de Fès, au Maroc, est évident dans tous les éléments décoratifs de la mosquée. Les cours, les arcs en fer à cheval, les zelliges ont été réalisés par des artisans nord-africains en utilisant des matériaux traditionnels. Le design du minaret, quant à lui, a été inspiré par la mosquée Al-Zaytuna en Tunisie.

La Grande Mosquée de Paris

La Grande Mosquée de Paris comprend une salle de prière avec des décorations du monde islamique, une madrasa, une bibliothèque, une salle de conférence, des jardins arabes et un espace annexe avec un restaurant, un salon de thé, un hammam et des boutiques.

Aujourd'hui, la Grande Mosquée de Paris joue un rôle sociétal important en France, tout en promouvant la visibilité de l'islam et des musulmans. Elle a été attribuée à l'Algérie en 1957 et sert de mosquée principale pour les mosquées de France. La mosquée est ouverte aux touristes toute l'année, sauf le vendredi, et des visites guidées de l'ensemble de l'institut sont disponibles.

Ouvert tous les jours de l'année, le restaurant de la mosquée "Aux Portes de l'Orient" sert une cuisine magrébine, tajine et couscous. Le salon de thé propose du thé à la menthe, du loukoum et des pâtisseries. Les bains turcs sont réservés aux femmes et les boutiques vendent de l'artisanat arabe traditionnel.

Musées et centres culturels du 5e arrondissement

1. Le Panthéon :

Ce prestigieux monument, situé au sommet de la Montagne Sainte-Geneviève, se trouve place du Panthéon, dans le quartier latin du 5e arrondissement. Le site sur lequel s'élève actuellement le Panthéon était autrefois le mont Lucotitius, sur lequel s'élevait la cité romaine de Lutèce. L'édifice était également le lieu de sépulture originel de sainte Geneviève, la patronne de la ville.

La construction du Panthéon résulte d'un vœu du roi Louis XV qui, s'il guérissait de sa maladie, s'engageait à construire un plus grand tribut au saint patron de Paris. Dix ans s'écoulèrent avant que la construction ne débute, Abel-François Poisson, directeur des travaux publics du roi, choisit Jacques-Germain Soufflot pour dessiner la structure du nouvel édifice en 1755.

Vue latérale du Panthéon à Paris

Bien que les travaux aient commencé en 1758, le projet final de Soufflot n'a été achevé qu'en 1777. Soufflot est mort en 1780 et son élève Jean-Baptiste Rondelet lui a succédé. La construction du Panthéon modifié s'est achevée en 1790, après le début de la Révolution française.

L'intérieur de l'édifice n'avait pas été décoré au début de la Révolution française. Le marquis de Vilette proposa de transformer l'église en temple de la Liberté, sur le modèle du Panthéon de Rome. L'idée fut formellement adoptée en 1791 et le comte de Mirabeau, figure révolutionnaire, fut la première personne dont les funérailles furent célébrées dans le temple.

Les cendres de Voltaire, les dépouilles de Jean-Paul Marat et de Jean-Jacques Rousseau sont déposées au Panthéon. Au gré des changements de pouvoir au sein des révolutionnaires, Mirabeau et Marat sont déclarés ennemis de l'État et leurs dépouilles sont enlevées. En 1795, la Convention française décide que nul ne peut être enterré au Panthéon s'il n'est pas mort depuis dix ans.

L'inscription sur l'entrée, ajoutée après la révolution "Une nation reconnaissante honore ses grands hommes", fut la première d'une série de modifications adoptées pour rendre le bâtiment plus solennel. Les fenêtres inférieures et les vitres des fenêtres supérieures furent toutes couvertes, la plupart des ornements extérieurs furent enlevés et les lanternes architecturales et les cloches furent retirées de la façade.

Sous le règne de Napoléon, le Panthéon a conservé sa fonction initiale de dernière demeure de nombreux Français illustres. Une nouvelle entrée menant directement à la crypte où ils ont été enterrés a été créée entre 1809 et 1811. Sous son règne, les dépouilles de 41 Français illustres ont été inhumées dans la crypte.

L'artiste Antoine-Jean Gros est chargé de décorer l'intérieur de la coupole. Il combine les aspects profanes et religieux de l'église. Il montre sainte Geneviève conduite au ciel par des anges, en présence des grands dirigeants de la France, de Clovis Ier à Napoléon et à l'impératrice Joséphine.

Sous le règne de Louis XVIII, après la Restauration des Bourbons, le Panthéon et sa crypte reviennent à l'Église catholique et l'église est officiellement consacrée. En 1822, François Gérard est chargé de décorer les pendentifs de la coupole avec de nouvelles œuvres représentant la Justice, la Mort, la Nation et la Renommée. Jean-Antoine Gros est chargé de refaire son tableau de la coupole, en remplaçant Napoléon parLouis XVIII, la crypte est fermée et interdite au public.

Lorsque Louis Philippe Ier devient roi après la Révolution française de 1830, l'église redevient le Panthéon mais la crypte reste fermée et aucun nouveau personnage n'y est enterré. La seule modification apportée est celle du fronton refait avec une croix rayonnante.

Après le renversement de Philippe Ier, la Seconde République française fait du Panthéon un Temple de l'Humanité. Il est proposé de décorer l'édifice de 60 nouvelles peintures murales pour honorer le progrès humain dans tous les domaines. Bien que le pendule de Foucault de Léon Foucault ait été installé sous le dôme pour illustrer la rotation de la Terre, il a été retiré sur plainte de l'église.

À la suite du coup d'État de Louis Napoléon, neveu de l'empereur, le Panthéon est à nouveau restitué à l'église sous le titre de "Basilique nationale". La crypte reste fermée, mais les restes de sainte Geneviève sont transférés dans la basilique. Deux ensembles de nouvelles sculptures sont ajoutés pour commémorer les événements de la vie de la sainte.

Pendant la guerre franco-prussienne, l'église a été endommagée par les bombardements allemands, puis par les combats entre les soldats de la Commune et l'armée française pendant le règne de la Commune de Paris. L'édifice a continué à fonctionner comme église pendant la Troisième République, l'intérieur ayant été décoré de nouvelles peintures murales et de groupes sculpturaux à partir de 1874.

La crypte a été rouverte après un décret de 1881 transformant l'église en mausolée. Victor Hugo a été la première personne à être enterrée au Panthéon. Les gouvernements suivants ont approuvé l'enterrement de personnages littéraires et de dirigeants du mouvement socialiste français. Le gouvernement de la Troisième République a décrété que l'édifice serait décoré de sculptures représentant les âges d'or et de l'histoire.grands hommes de France.

Depuis, le Panthéon fait office de mausolée. Parmi les personnalités récemment inhumées dans le bâtiment, on peut citer Louis Braille, inventeur de l'écriture braille, le résistant Jean Moulin et les prix Nobel Marie Curie et Pierre Curie. En 2021, Joséphine Baker est devenue la première femme noire à entrer au Panthéon.

En levant les yeux vers la coupole, on peut voir le tableau de l'Apothéose de sainte Geneviève de Jean-Antoine Gros. Le seul personnage que l'on voit en entier est la sainte elle-même entourée de quatre groupes de rois qui ont joué un rôle important dans la protection de l'église, depuis le roi Clovis Ier, premier roi à embrasser le christianisme, jusqu'au roi Louis XVIII, dernier roi de la Restauration. Les anges dans le tableau de l'Apothéose de sainte Geneviève ont un rôle important à jouer dans la protection de l'église.portent la Chartre, le document rétablissant l'église après la Révolution française.

La façade et le péristyle sont conçus sur le modèle des temples grecs. La sculpture du fronton représente "la nation distribuant aux grands hommes, civils et militaires, des couronnes qui lui ont été remises par la Liberté, tandis que l'histoire inscrit leurs noms". La sculpture a remplacé le fronton primitif par des figures et des thèmes religieux.

À gauche, les figures d'éminents scientifiques, philosophes et hommes d'État tels que Voltaire et Rousseau. À droite, Napoléon Bonaparte ainsi que des soldats de chaque branche militaire et des étudiants de l'École polytechnique. L'inscription "Aux grands hommes, de la part d'une nation reconnaissante" a été ajoutée lors de l'achèvement du Panthéon en 1791, enlevée lors de la Restauration et restaurée à nouveau en 1791, puis restaurée à nouveau.1830.

L'inscription sur le Panthéon (Aux grands hommes, de la part d'une nation reconnaissante)

La nef occidentale est décorée par des peintures, commencées dans le Narthex, représentant la vie de Saint Denis, patron de Paris, et de Sainte Geneviève, patronne de Paris. Les peintures des nefs sud et nord représentent les héros chrétiens de France : Clovis, Charlemagne, Louis IX de France et Jeanne d'Arc.

Le physicien Léon Foucault a démontré la rotation de la Terre en construisant un pendule de 67 mètres sous le dôme central de l'église. Le pendule original est actuellement exposé au Musée des Arts et Métiers, tandis qu'une copie est conservée au Panthéon. Le pendule est classé monument historique depuis 1920.

L'accès à la crypte est actuellement restreint, il n'est autorisé qu'après l'obtention d'une loi parlementaire. Parmi les personnes encore enterrées dans la crypte figurent Victor Hugo, Jean Moulin, Louis Braille et Soufflot. En 2002, une procession solennelle a eu lieu pour déplacer la dépouille d'Alexandre Dumas au Panthéon. Sa tombe a été recouverte d'un tissu de velours bleu sur lequel était inscrit le slogan des Trois Mousquetaires."Tous pour un, et un pour tous".

2. Arènes de Lutèce :

Les Arènes de Lutèce sont l'un des vestiges les plus importants de l'époque où Paris était l'ancienne cité romaine de Lutèce, avec les Thermes de Cluny. Situé dans le 5e arrondissement, ce théâtre antique servait d'amphithéâtre pour les combats de gladiateurs et a été construit au 1er siècle après J.-C. pour accueillir 15 000 personnes.

La scène du théâtre mesurait 41 mètres de long et un haut mur de 2,5 mètres avec un parapet entourait l'orchestre. Il y avait 9 niches, probablement utilisées pour des statues, tandis que les terrasses inférieures avaient cinq pièces, dont certaines semblent avoir été des cages d'animaux qui s'ouvraient sur l'arène.

Les gradins supérieurs du théâtre étaient destinés aux esclaves, aux femmes et aux pauvres, tandis que les gradins inférieurs étaient réservés aux citoyens romains de sexe masculin. L'arène offrait également de bonnes vues sur la Bièvre et la Seine. Une caractéristique intéressante du théâtre est que les gradins couvraient plus de la moitié de la circonférence de l'arène, ce qui est une caractéristique des théâtres grecs de l'Antiquité plutôt que des théâtres romains.

Pour repousser les attaques barbares de la ville de Lutèce en 275 après J.-C., une partie des pierres de la charpente du théâtre fut utilisée pour renforcer les murs de la ville autour de l'île de la Cité. Les arènes furent ensuite entièrement restaurées sous Chilpéric Ier en 577. Cependant, le théâtre devint ensuite un cimetière, notamment après la construction du mur de Philippe Auguste vers 1210.

C'est à l'occasion de la construction d'un dépôt de tramway dans le quartier entre 1860 et 1869, pour établir la rue Monge sous la direction de Théodore Vaquer, que les arènes sont découvertes.

La Société des Amis des Arènes, présidée par Victor Hugo et d'autres personnalités éminentes, a créé un comité de conservation dont la mission principale était de préserver cet important site archéologique. Environ un tiers de la structure des arènes est devenu visible après la démolition du Couvent des Filles de Jésus-Christ en 1883.

Un projet de restauration des arènes et de création d'une place publique fut réalisé par le Conseil municipal, la place publique fut inaugurée en 1896. D'autres fouilles et restaurations furent ensuite réalisées par Jean-Louis Capitan jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Malgré tous ces efforts, une grande partie des arènes, en face de la scène, fut perdue dans les bâtiments de la rue Monge.

3. Institut du Monde Arabe :

Fondé en 1980 dans le cadre d'une coopération entre la France et 18 pays arabes, l'AWI se veut un lieu laïc de promotion de la civilisation, du savoir, de l'art et de l'esthétique arabes. L'institut, situé dans le 5e arrondissement, a pour mission la recherche et la clarification de l'information sur le monde arabe, ainsi que la promotion de la coopération entre la France et les pays arabes dans les domaines de la technologie et de la science.

L'idée de l'institut a été proposée en 1973 par le président Valéry Giscard d'Estaing et a été financée par la Ligue des États arabes et le gouvernement français. La construction a eu lieu entre 1981 et 1987 sous la direction du président François Mitterrand, dans le cadre des "grands projets" de Mitterrand en matière de développement urbain.

Institut du monde arabe

La forme du bâtiment est principalement rectangulaire, le côté longeant la Seine suit la courbe du cours d'eau afin d'adoucir l'apparence de la forme. Derrière le mur de verre visible de la façade sud-ouest se trouve un écran métallique qui se déploie avec des motifs géométriques en mouvement. Les motifs sont constitués de 240 volets photosensibles, commandés par un moteur.

Les volets s'ouvrent et se ferment automatiquement pour contrôler la quantité de lumière et de chaleur qui pénètre dans le bâtiment. Cette technique est très souvent utilisée dans l'architecture islamique, qui est axée sur le climat. Le bâtiment a reçu le prix Aga Khan d'excellence architecturale en 1989.

L'Institut du monde arabe abrite un musée, une bibliothèque, un auditorium, un restaurant, des bureaux et des salles de réunion. Le musée présente des objets du monde arabe, de la période préislamique jusqu'au XXe siècle, ainsi que des expositions spéciales.

4. Musée de Cluny :

Le musée national du Moyen Âge est situé dans le quartier latin du 5e arrondissement. Le musée est partiellement construit sur les thermes de Cluny, datant du 3e siècle. Le musée est divisé en deux salles : le frigidarium ou salle de refroidissement, qui fait partie des thermes de Cluny, et l'hôtel de Cluny proprement dit.

L'ordre de Cluny achète les thermes en 1340 et construit le premier hôtel de Cluny. L'édifice est ensuite reconstruit entre le XVe et le XVIe siècle en combinant des éléments gothiques et Renaissance. Au milieu du XIXe siècle, le bâtiment est rénové avant d'être transformé en musée présentant le passé gothique de la France.

L'aspect actuel du bâtiment est le résultat d'une reconstruction entre 1485 et 1500, suite à la reprise de l'hôtel par Jacques d'Amboise. L'hôtel a connu différents résidents royaux, dont Mary Tudor, après la mort de son mari Louis XII, et Mazarin, nonce du pape, qui a séjourné à l'hôtel au cours du XVIIe siècle.

La tour de l'Hôtel de Cluny a servi d'observatoire à l'astronome Charles Messier, qui a publié ses observations dans le catalogue Messier en 1771. Les utilisations les plus diverses de l'hôtel ont eu lieu après la Révolution française. Le bâtiment a été confisqué pendant les premières années de la révolution et a servi pendant les trois décennies suivantes à des fins différentes.

L'Hôtel de Cluny fut finalement acheté par Alexandre du Sommerard en 1832, où il présenta sa collection d'objets médiévaux et Renaissance. Après sa mort, dix ans plus tard, la collection et l'hôtel furent achetés par l'État et le bâtiment fut ouvert comme musée l'année suivante, le fils du Sommerard en étant le premier conservateur.

L'Hôtel de Cluny a été classé monument historique en 1846 et les thermes ont été classés en 1862. Les jardins actuels ont été aménagés en 1971 et comprennent une forêt de la licorne inspirée des célèbres tapisseries "La Dame et la Licorne" conservées dans le musée.

La collection du musée comprend environ 23 000 pièces datant de l'époque gallo-romaine jusqu'au XVIe siècle, dont environ 2 300 pièces provenant d'Europe, de l'Empire byzantin et du Moyen Âge islamique.

Les collections sont réparties entre l'Île-de-la-Cité et la France, dont la plupart se trouvent dans le frigidarium. Parmi les objets de la période gallo-romaine de la région, on peut citer le célèbre pilier des bateliers, construit par des bateliers, qui combine des inscriptions de dédicace au dieu romain Jupiter et des références celtiques.

La collection Beyond France comprend de l'art copte, provenant d'Égypte, comme le médaillon en lin de Jason et Médée. L'hôtel abrite trois couronnes wisigothes, ainsi que des croix, des pendentifs et des chaînes de suspension. 26 couronnes ont été découvertes à l'origine entre 1858 et 1860, dont seulement 10 ont survécu aujourd'hui.

La collection d'art byzantin comprend une sculpture en ivoire appelée Ariane, qui représente Ariane, des faunes et des anges de l'amour et qui date de la première moitié du VIe siècle. Un coffret byzantin avec des créatures mythologiques, datant du règne des empereurs macédoniens à Constantinople, se trouve également à Cluny.

La collection d'art roman du musée comprend des éléments provenant à la fois de France et d'ailleurs. Parmi les éléments français, on peut citer le Christ majestueux créé pour l'église de Saint-Germain-des-Prés entre 1030 et 1040. Parmi les éléments étrangers, on peut citer des œuvres provenant d'Angleterre, d'Italie et d'Espagne, telles qu'une crosse anglaise en ivoire.

Le musée abrite plusieurs œuvres de Limoges, ville du sud-ouest de la France, célèbre pour ses chefs-d'œuvre d'orfèvrerie et d'émaillerie, réalisés avec perfection et à des prix abordables. Les deux plaques de cuivre de 1190, l'une représentant Saint-Étienne et l'autre les Rois mages, se trouvent au musée de Cluny.

La collection d'art gothique de France montre l'effet de l'étude de la lumière dans l'art et l'éducation. Cluny abrite de nombreux exemples de l'utilisation de l'espace et de la relation entre l'architecture, la sculpture et le vitrail. Le musée abrite la plus grande collection de vitraux en France, avec des pièces datant du XIIe siècle.

La dernière collection est la collection d'art du XVe siècle, qui témoigne de l'augmentation de la demande de pièces artistiques au XVe siècle. La plus remarquable de cette collection est constituée par les six tapisseries de la Dame et la Licorne. Cinq tapisseries représentent chacun des cinq sens, tandis que la signification de la sixième fait l'objet d'un débat depuis des années.

5. Musée de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris :

Le Musée de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris est un musée consacré à l'histoire des hôpitaux parisiens situé dans le 5e arrondissement, sur la rive gauche de la Seine. Le bâtiment dans lequel se trouve le musée, l'Hôtel de Miramion, a été construit en 1630 comme hôtel particulier pour Christophe Martin et a servi d'école catholique pour les filles entre 1675 et 1794.

Le bâtiment a ensuite été transformé en Pharmacie centrale des hôpitaux de Paris, qui a fonctionné de 1812 à 1974. La création du musée a débuté en 1934 par l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris. Le musée présente des expositions permanentes et temporaires, ainsi que des emprunts à d'autres musées.

Le musée abrite une collection d'environ 10 000 objets qui racontent l'histoire des hôpitaux publics de Paris depuis le Moyen Âge. On y trouve des peintures françaises et flamandes, du mobilier des XVIIe et XVIIIe siècles, une collection de faïences pharmaceutiques, des textiles et des instruments médicaux. Environ 8 % de la collection est exposée en permanence, le reste étant présenté par rotation dans les salles temporaires du musée.expositions.

Un jardin d'apothicaire a été créé dans la cour avec 65 plantes médicinales en 2002. Le musée de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris a fermé ses portes en 2012 et sa réouverture est à l'étude.

6. Musée Curie :

Le musée Curie sur la recherche radiologique a été créé en 1934 dans l'ancien laboratoire de Marie Curie. Le laboratoire a été construit entre 1911 et 1914 au rez-de-chaussée du pavillon Curie de l'Institut du radium. Marie Curie a mené ses recherches dans ce laboratoire dès sa création et jusqu'à sa mort en 1934. C'est également dans ce laboratoire que la fille et le gendre de Curiea découvert la radioactivité artificielle et a reçu le prix Nobel de chimie en 1935.

Musée Marie Curie

Ce musée situé dans le 5e arrondissement présente une exposition permanente sur la radioactivité et ses différentes applications, notamment dans le domaine médical. Le musée est également consacré aux Curie, Marie et Pierre, avec quelques-uns des outils et des techniques de recherche les plus significatifs. Des documents, des photographies et des archives sur les Curie, les Joliot-Curie, l'Institut Curie et l'histoire de la radioactivité y sont présentés.radioactivité et oncologie.

Le musée Curie a été rénové en 2012 grâce à une donation d'Eve Curie, la plus jeune fille de Pierre et Marie Curie. Il est ouvert du mercredi au samedi de 13h00 à 17h00 et l'entrée est gratuite.

7. Musée des Collections Historiques de la Préfecture de Police :

Le musée des collections historiques de la préfecture de police est un musée d'histoire de la police situé rue de la Montagne-Sainte-Geneviève dans le 5e arrondissement. Le musée a été créé par un préfet, Louis Lépine, à l'occasion de l'Exposition universelle de 1900. Les collections du musée se sont considérablement enrichies depuis.

Aujourd'hui, ce sont des photographies, des témoignages, des lettres et des dessins qui racontent les grands événements de l'histoire de France. On y trouve des affaires criminelles célèbres, des arrestations, des personnages, des prisons ainsi que des éléments de la vie quotidienne comme l'hygiène ou la circulation. Le musée est ouvert tous les jours, sauf le dimanche, et sa visite est gratuite.

8. Musée de la Sculpture en Plein Air :

Le Musée de la sculpture en plein air est littéralement un musée de sculptures en plein air. Situé en bord de Seine dans le 5e arrondissement, ce musée est ouvert gratuitement. Il a été créé en 1980 dans le Jardin Tino Rossi dans le but de présenter les œuvres sculpturales de la seconde moitié du 20e siècle.

Longeant le Jardin des Plantes, entre la place Valhubert et la gare d'Austerlitz, le musée s'étend sur près de 600 mètres de long. Il présente une cinquantaine de sculptures, dont des œuvres de Jean Arp, Alexandre Archipenko et César Baldaccini.

9. Bibliothèque Sainte-Geneviève :

Cette bibliothèque publique et universitaire du 5e arrondissement est la principale bibliothèque interuniversitaire des différentes antennes de l'Université de Paris. La bibliothèque aurait été fondée à partir des collections de l'abbaye Sainte-Geneviève, dont la construction fut ordonnée par le roi Clovis Ier à proximité de l'actuelle église Saint-Étienne-du-Mont.

Fondée au début du VIe siècle, l'emplacement de l'abbaye aurait été choisi par Sainte Geneviève elle-même. Bien que la sainte soit morte en 502 et que Clovis lui-même soit décédé en 511, la basilique n'a été achevée qu'en 520. Sainte Geneviève, le roi Clovis, son épouse et ses descendants sont tous enterrés dans l'église.

Au IXe siècle, une abbaye plus importante est construite autour de la basilique et la communauté qui l'entoure s'est considérablement développée, avec notamment une salle utilisée comme scriptorium pour la création et la copie de textes. La première trace historique de la bibliothèque de Sainte-Geneviève date de 831, où il est fait mention de la donation de trois textes à l'abbaye, parmi lesquels des ouvrages de littérature, d'histoire et de théologie.

Au IXe siècle, la ville de Paris a été attaquée à plusieurs reprises par les Vikings, et la zone non protégée de l'abbaye a entraîné le pillage de la bibliothèque et la destruction des livres. Par la suite, la bibliothèque a commencé à se reconstituer et à recréer sa collection, en préparation du grand rôle qu'elle a joué dans l'érudition européenne sous le règne de Louis VI.

Les doctrines enseignées par Saint Augustin imposent à chaque monastère de disposer d'une salle pour produire et conserver des livres. Vers 1108, l'Abbaye Sainte Geneviève s'associe à l'Ecole de la Cathédrale Notre Dame et à l'Ecole du Palais Royal pour former la future Université de Paris.

Dès le XIIIe siècle, la bibliothèque de l'abbaye de Sainte-Geneviève est réputée dans toute l'Europe. Ouverte aux étudiants, aux Français et même aux étrangers, elle compte environ 226 ouvrages : bibles, commentaires, histoire ecclésiastique, droit, philosophie, sciences et littérature.

Après la production des premiers livres imprimés par Gutenberg au milieu du XVe siècle, la bibliothèque a commencé à collectionner des livres imprimés. L'Université de Paris a invité plusieurs collaborateurs de Gutenberg à fonder une nouvelle maison d'édition. Pendant cette période, la bibliothèque a continué à produire des livres manuscrits et des livres enluminés à la main.

Cependant, au cours des XVIe et XVIIe siècles, le travail de la bibliothèque a été perturbé par les guerres de religion. La bibliothèque n'a plus acquis de livres pendant cette période, les catalogues de l'inventaire de la bibliothèque n'ont plus été publiés et même de nombreux volumes ont été éliminés ou même vendus.

Sous le règne de Louis XIII, le cardinal François de Rochefoucauld entreprend la revitalisation de la bibliothèque. Rochefoucauld voit d'abord dans la bibliothèque une arme à utiliser dans la Contre-Réforme contre le protestantisme. Il fait don à la bibliothèque de 600 volumes de sa collection personnelle.

Le directeur de la bibliothèque de l'époque, Jean Fronteau, fait appel à des écrivains de renom comme Pierre Corneille et à des bibliothécaires comme Gabriel Naudé pour mettre à jour et enrichir la collection de la bibliothèque. Soupçonné d'être janséniste, Fronteau doit partir et est remplacé par Claude du Mollinet.

Du Mollinet rassemble des antiquités égyptiennes, grecques et romaines dans un petit musée baptisé Cabinet de curiosités. Le musée comprend également des médailles, des minéraux rares et des animaux empaillés et se trouve dans la bibliothèque. En 1687, la bibliothèque compte 20 000 livres et 400 manuscrits.

Vers la fin du XVIIIe siècle, la bibliothèque abrite des copies des principaux ouvrages du siècle des Lumières, tels que l'Encyclopédie de Denis Diderot et de Jean le Rond d'Alembert. À cette époque, la bibliothèque et le musée des curiosités sont tous deux ouverts au public. Au milieu du XVIIIe siècle, la majorité des ouvrages conservés entre les murs de la bibliothèque concernent tous les domaines de la connaissance, en particulier le droit de la famille et le droit de l'éducation.en plus de la théologie.

Au départ, la Révolution française a eu un impact négatif sur la bibliothèque de l'Abbaye. L'abbaye a été sécularisée en 1790 et l'ensemble de ses biens a été confisqué tandis que la communauté des moines qui géraient la bibliothèque a été démantelée. Le directeur de la bibliothèque de l'époque, Alexandre Pingré, célèbre astronome et géographe, a utilisé ses relations au sein du nouveau gouvernement pour empêcher la cession de la bibliothèque de l'Abbaye de Paris.les collections de la bibliothèque.

Grâce aux efforts de Pingré, le fonds de la bibliothèque s'accroît après la Révolution française, notamment parce que la bibliothèque de l'Abbaye est autorisée à recevoir les collections confisquées aux autres abbayes. La bibliothèque de l'Abbaye est mise sur un pied d'égalité avec la Bibliothèque nationale, la Bibliothèque de l'Arsenal et la future Bibliothèque Mazarine et est autorisée à puiser les livres aux mêmes sources.Les bibliothèques l'ont fait.

En 1796, la bibliothèque prend le nom de Bibliothèque nationale du Panthéon. La plupart des expositions du Musée de la curiosité ont été démantelées et réparties entre la Bibliothèque nationale et le Musée d'histoire naturelle. Quelques objets sont restés en possession de la Bibliothèque de l'Abbaye, comme le plus ancien exemple d'horloge astronomique.

Le XIXe siècle marque une nouvelle ère pour la bibliothèque. Le nouveau directeur après Pingré, Pierre-Claude François Daunou, suit l'armée napoléonienne dans son voyage à Rome et travaille au transfert à la bibliothèque des collections confisquées aux papes, ainsi que des collections des nobles qui ont fui la France pendant la Révolution française. À la chute de Napoléon, la bibliothèque est devenue un centre de documentation et d'information pour le grand public.La collection de la bibliothèque a atteint le nombre impressionnant de 110 000 livres et manuscrits.

Mais avec la chute de Napoléon et le retour de la monarchie, un nouveau débat s'instaure entre l'administration de la bibliothèque et celle de la prestigieuse école, Lycée Napoléon, Lycée Henri IV aujourd'hui. Le fonds de la bibliothèque a doublé et il faut plus d'espace pour l'accueillir. Le bâtiment de l'Abbaye Sainte-Geneviève est divisé entre la bibliothèque et l'école.

La bataille pour l'espace entre les deux institutions dura de 1812 à 1842. Malgré le grand soutien dont bénéficiait la bibliothèque de la part d'intellectuels et d'écrivains éminents tels que Victor Hugo, l'école l'emporta et la bibliothèque fut expulsée du bâtiment.

A l'issue de cette longue bataille, le gouvernement décide de faire construire un nouveau bâtiment spécialement destiné à la bibliothèque, premier bâtiment de ce type à Paris. Le nouveau site était auparavant occupé par le collège Montaigu, transformé en hôpital après la révolution puis en prison. A cette époque, le bâtiment était pratiquement en ruine et devait être démoli.avant le début des travaux de construction.

Tous les ouvrages de la bibliothèque sont transférés dans une bibliothèque provisoire installée dans le seul bâtiment subsistant du collège Montaigu. Les travaux de construction débutent en 1843 sous la direction d'Henri Labrouste et s'achèvent en 1850. La bibliothèque ouvre ses portes au public en 1851.

La construction du nouveau bâtiment de la bibliothèque reflète les études de Labrouste à l'Ecole des Beaux-Arts, avec une influence évidente de Florence et de Rome. Les fenêtres à arc simple et les bandes de sculptures de la base et de la façade rappellent les bâtiments romains. Le principal élément décoratif de la façade est la liste des noms de savants célèbres.

L'aménagement intérieur de la salle de lecture a constitué une étape importante dans la création d'une architecture moderne. Les colonnes en fer et les arcs en fonte en forme de dentelle de la salle de lecture donnent une impression d'espace et de légèreté, combinée aux grandes fenêtres de la façade. Le hall d'entrée est décoré de peintures murales de jardins et de forêts avec des bustes de savants et de scientifiques français pour symboliser le début de la recherche de la paix et de la sécurité.connaissances.

L'étage inférieur du bâtiment comprend les piles de livres à gauche, les livres rares et les espaces de bureau à droite. L'escalier est conçu et placé de manière à ne pas occuper l'espace de la salle de lecture. La conception du bâtiment permet à la majorité des livres d'être exposés, 60 000 pour être exact, et le reste, 40 000, se trouve dans les réserves.

Les modernistes admirent la structure en fer de la salle de lecture pour l'utilisation de la haute technologie dans un bâtiment monumental. La salle de lecture se compose de 16 colonnes élancées en fonte qui divisent l'espace en deux allées. Les colonnes soutiennent les arcs en fer qui portent des voûtes en berceau en plâtre renforcées par un treillis en fer.

L'accroissement de la collection de la bibliothèque entre 1851 et 1930 a nécessité un agrandissement du bâtiment. En 1892, un monte-charge, aujourd'hui exposé, a été installé pour faciliter le transport des livres des réserves à la salle de lecture. Entre 1928 et 1934, la surface de la salle a été modifiée pour permettre de doubler le nombre de places assises et de le porter à 750.

Les tables du plan original s'étendaient sur toute la longueur de la salle de lecture et étaient divisées par une colonne centrale d'étagères. Pour agrandir l'espace, les étagères centrales ont été enlevées et les tables ont traversé la salle, ce qui a permis d'augmenter le nombre de places assises. Une autre augmentation du nombre de places assises a eu lieu après l'informatisation du catalogue de la bibliothèque, ce qui a permis d'ajouter 100 places assises supplémentaires.

Aujourd'hui, la bibliothèque contient plus d'un million de livres et de manuscrits. La bibliothèque est classée bibliothèque nationale, bibliothèque universitaire et bibliothèque publique. Elle a été classée monument historique en 1992.

10. Musée national d'histoire naturelle :

En plus d'être le musée national d'histoire naturelle de France, le Muséum national d'histoire naturelle est un établissement d'enseignement supérieur qui fait partie de l'université de la Sorbonne. Le musée principal, avec ses quatre galeries et son laboratoire, est situé dans le 5e arrondissement de Paris. Le musée possède 14 autres sites répartis sur l'ensemble du territoire français.

L'origine du musée remonte à la création du Jardin des Plantes ou Jardin royal des plantes médicinales en 1635. En 1729, un étage est ajouté au château du jardin et le Cabinet d'histoire naturelle est créé. Le cabinet contenait initialement les collections royales de zoologie et de minéralogie.

Sous la direction de Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, la collection d'histoire naturelle du musée s'enrichit d'expéditions scientifiques. Buffon écrit un ouvrage en 36 volumes intitulé "Histoire naturelle" où il conteste l'idée religieuse que la nature est restée la même depuis la création. Il suggère que la terre a 75 000 ans et que l'homme n'y est arrivé que récemment.

La recherche scientifique s'est développée au musée tout au long du XIXe siècle, notamment sous la direction de Michel Eugène Chevreul. Il a réalisé des découvertes majeures dans le domaine de la fabrication du savon et des bougies grâce à ses recherches sur les graisses animales. Dans le domaine médical, il a pu isoler la créatine et a pu montrer que les diabétiques excrétaient du glucose.

L'accroissement des collections du musée et l'ajout de la nouvelle galerie de zoologie, la galerie de paléontologie et d'anatomie comparée, assèchent le budget du musée. En raison du conflit constant entre le musée et l'Université de Paris, le musée cesse ses activités d'enseignement et décide de se concentrer sur la recherche et ses collections.

Les départements de recherche du Muséum sont : Classification et évolution, Régulation, développement et diversité moléculaire, Milieux et populations aquatiques, Ecologie et gestion de la biodiversité, Histoire de la Terre, Hommes, nature et sociétés et Préhistoire. Le Muséum dispose de trois départements de diffusion, les Galeries du Jardin des Plantes, Parcs botaniques et zoos et le Musée de l'Homme.

Le Musée national d'histoire naturelle se compose de quatre galeries et d'un laboratoire :

  • La Grande Galerie de l'Evolution : Ouverte en 1889, elle a été remodelée entre 1991 et 1994 et ouverte dans son état actuel. La grande salle centrale abrite des animaux marins, des mammifères africains grandeur nature comme un rhinocéros offert au roi Louis XV et une autre salle est consacrée aux animaux éteints ou en voie d'extinction.
  • Galerie de minéralogie et de géologie : Fondée entre 1833 et 1837, elle abrite plus de 600 000 pierres et fossiles. Ses collections comprennent des cristaux géants, des bocaux et des vestiges de l'apothicairerie royale originale de Louis XIV et des météorites du monde entier, dont un morceau de la météorite du Canyon Diablo.
  • Galerie de botanique : Construite entre 1930 et 1935, elle possède une collection d'environ 7,5 millions de plantes. La collection de la galerie est principalement divisée en spermatophytes, plantes se reproduisant avec des graines, et en cryptogames, plantes se reproduisant avec des spores. Le rez-de-chaussée de la galerie comporte des vestibules pour les expositions temporaires.
  • Galerie de paléontologie et d'anatomie comparée : Construite principalement entre 1894 et 1897, un nouveau bâtiment a été ajouté en 1961. Le rez-de-chaussée abrite la galerie d'anatomie comparée, qui présente un millier de squelettes avec leur classification. La galerie de paléontologie, située aux premier et deuxième étages, présente des vertébrés fossiles, des invertébrés fossiles et des plantes fossiles.

11. Montagne Sainte-Geneviève :

Cette colline surplombant la rive gauche de la Seine dans le 5e arrondissement abrite plusieurs institutions prestigieuses telles que le Panthéon, la Bibliothèque Sainte-Geneviève et le Ministère de la Recherche. Les rues secondaires de cette colline abritent de nombreux restaurants, cafés et bars. A l'époque romaine de Lutèce, Paris, la colline était connue sous le nom de Mons Lucotitius.

12. Quartier Latin :

Le quartier latin est un quartier situé entre les 5e et 6e arrondissements de Paris, sur la rive gauche de la Seine. Le quartier tire son nom de la langue latine qui y était parlée au Moyen Âge. Outre l'université de Paris, la Sorbonne, le quartier abrite de nombreux autres établissements d'enseignement prestigieux, tels que l'université Paris Science et Lettres et l'université d'Aix en Provence.Collège de France.

Fontaines et jardins du 5e arrondissement

1. Jardin des Plantes :

Le Jardin des Plantes est le principal jardin botanique de France, situé dans le 5e arrondissement et classé monument historique depuis 1993. Le jardin a été créé en 1635 comme jardin médicinal, le Jardin royal des plantes médicinales du roi Louis XIII.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le jardin prend de l'ampleur. Un amphithéâtre est ajouté en 1673, affecté aux dissections et aux cours de médecine. Les serres ouest et sud sont agrandies pour accueillir les plantes ramenées du monde entier par les expéditions des savants français. Les nouvelles plantes sont classées et étudiées pour leurs propriétés, leurs vertus et leurs propriétés.des utilisations culinaires et médicales possibles.

Le directeur de jardin le plus connu est Georges-Louis Leclerc, qui est à l'origine du doublement de la taille du jardin. Le cabinet d'histoire naturelle est agrandi et une nouvelle galerie est ajoutée au sud. Il est également responsable de l'arrivée d'un groupe de botanistes et de naturalistes compétents pour travailler avec les scientifiques du jardin.

Buffon est également chargé d'envoyer des émissaires scientifiques dans le monde entier afin de collecter des spécimens pour le jardin et le Muséum d'histoire naturelle. Les recherches approfondies et l'étude de ces nouvelles plantes soulèvent un conflit entre les scientifiques du Jardin royal et les professeurs de la Sorbonne au sujet de l'évolution.

La Révolution française marque une nouvelle étape pour le Jardin des Plantes. Le jardin est fusionné avec le Cabinet des sciences naturelles pour former le Muséum d'histoire naturelle. L'ajout le plus important au jardin après la Révolution est la création de la Ménagerie.

La création de la Ménagerie du Jardin des Plantes a été proposée pour sauver les animaux confisqués à la ménagerie royale du château de Versailles. D'autres animaux ont également été sauvés du zoo privé du duc d'Orléans et des nombreux cirques publics de Paris. Les premières maisons créées pour abriter les animaux se trouvent à l'Hôtel de Magné, à côté du domaine du jardin d'origine, en 1795.

La ménagerie a connu une période difficile à ses débuts, le manque de financement entraînant la mort de nombreux animaux. C'est après l'arrivée au pouvoir de Napoléon qu'un financement adéquat et de meilleures structures ont été mis en place. La ménagerie a également accueilli de nombreux animaux acquis lors des expéditions françaises à l'étranger au début du XIXe siècle, comme une girafe offerte par le sultan du Caire en 1827 au roi Charles X.

La recherche scientifique a été au cœur des préoccupations du Jardin au cours des 19e et 20e siècles. C'est dans les laboratoires du Jardin qu'Eugène Chevreul a isolé les acides gras et le cholestérol et que Claude Bernard a étudié les fonctions du glycogène dans le foie. C'est également dans ces laboratoires qu'Henri Becquerel, lauréat du prix Nobel, a obtenu le prix Nobel en 1903 pour sa découverte de la radioactivité.

La galerie de paléontologie et d'anatomie comparée a été créée en 1898 pour abriter les squelettes collectés au fil des ans. En 1877, la construction de la galerie de zoologie a été entamée. Cependant, en raison de la négligence et du manque d'entretien, la galerie a été fermée. Elle a été remplacée par la Zoothêque, construite entre 1980 et 1986 et qui n'est actuellement accessible qu'aux scientifiques.

La Zoothèque abrite aujourd'hui 30 millions d'espèces d'insectes, 500 000 poissons et reptiles, 150 000 oiseaux et 7 000 autres animaux. Le bâtiment qui la surplombe a été rénové de 1991 à 1994 pour accueillir la nouvelle Grande Galerie de l'Évolution.

Le Jardin des Plantes est divisé en plusieurs jardins : le Jardin d'apparat, les Serres, le Jardin alpin, le Jardin de l'Ecole de Botanique, le Petit Labyrinthe, la Butte Copeaux, le Grand Labyrinthe et la Ménagerie.

Le Muséum national d'histoire naturelle, qui fait partie du Jardin des Plantes, a été surnommé le "Louvre des sciences naturelles". Le musée se compose de cinq galeries : la Grande Galerie de l'évolution, la Galerie de minéralogie et de géologie, la Galerie de botanique, la Galerie de paléontologie et d'anatomie comparée et le Laboratoire d'entomologie.

2. Fontaine Saint-Michel :

Cette fontaine historique située à l'entrée du Quartier Latin dans le 5e arrondissement, place Saint-Michel, fait partie du vaste projet de reconstruction de Paris sous la direction du baron Haussmann pendant le Second Empire français. Haussmann a achevé l'actuel boulevard Saint-Michel, boulevard de Sébastopol-rive-gauche, en 1855.

Cela crée un nouvel espace près du Pont-Saint-Michel pour lequel Haussmann demande à Gabriel Davioud, architecte du service des promenades et plantations de la préfecture, de concevoir une fontaine. Davioud dessine les façades des bâtiments qui entourent la fontaine en plus du dessin de la fontaine elle-même, afin que l'ensemble de la place soit beau et cohérent.

La conception de la fontaine est une œuvre d'art intéressante. Davioud a conçu la structure comme une fontaine à quatre niveaux, semblable à un arc de triomphe, et quatre colonnes cornithiennes servant de cadre à la niche centrale. Une caractéristique de la Renaissance française se trouve au sommet de la corniche principale sous la forme d'une tablette inscrite encadrée.

La fontaine a également été conçue de manière à ce que l'eau qui s'écoule sous le rocher portant le corps de saint Michel se déverse dans une série de bassins arqués peu profonds. Le bassin dans lequel l'eau se déverse finalement a un bord avant incurvé et se trouve au niveau de la rue.

Dans le plan original, Davioud avait prévu de placer une structure féminine représentant la Paix au milieu de la fontaine. Cependant, en 1858, la statue de la Paix fut remplacée par une statue de Napoléon Bonaparte, ce qui suscita une vive opposition de la part des adversaires de Napoléon. Plus tard dans l'année, Davioud remplaça la statue de Napoléon par une statue de l'archange Michel luttant contre le diable, ce qui fut bien accueilli.

La construction de la statue a commencé en 1858 et a été achevée et inaugurée en 1860. Le centre du niveau supérieur était initialement décoré de motifs géométriques colorés en marbre. Ces motifs ont ensuite été remplacés en 1862 ou 1863 par un bas-relief de rinceaux et d'enfants.

La Fontaine Saint-Michel a été endommagée à plusieurs reprises après sa construction, d'abord après la capture de Napoléon III pendant la guerre franco-allemande, lorsqu'une foule a voulu attaquer la fontaine et dégrader les aigles et les inscriptions de la partie supérieure.

La Révolution française et la Commune de Paris ont également entraîné la destruction des aigles en plomb surmontant la fontaine ainsi que des symboles du Second Empire. Davioud a ensuite effectué des réparations en 1872 et une autre série de restaurations a eu lieu en 1893 où les armes impériales ont été remplacées par celles de la Ville de Paris.

Rues et places du 5e arrondissement

1. Rue Mouffetard :

Cette rue animée du 5e arrondissement est l'un des plus anciens quartiers de Paris, remontant à l'époque néolithique, alors qu'il s'agissait d'une voie romaine. C'est une avenue essentiellement piétonne, fermée à la circulation automobile la majeure partie de la semaine. Elle abrite des restaurants, des boutiques, des cafés et un marché en plein air régulier à son extrémité sud.

2. Place du Panthéon :

Nommée d'après le prestigieux monument qu'est le Panthéon, cette place est située dans le quartier latin du 5e arrondissement. Le Panthéon est situé à l'est de la place tandis que la rue Soufflot est située à l'ouest de la place.

3. Carré René Viviani :

Ce square porte le nom du premier ministre français du Travail, René Viviani. Il est adjacent à l'église Saint-Julien-le-Pauvre, dans le 5e arrondissement. L'espace du square a eu différentes fonctions au fil du temps. Cimetière d'une basilique du VIe siècle, bâtiments monastiques et réfectoire du prieuré clunisien de Saint-Julien et, à une époque, occupé par les annexes de l'Hôtel-Dieu, le square a été le théâtre d'un grand nombre d'événements.

Le défrichement et l'aménagement de la place ont été achevés en 1928 et elle présente trois caractéristiques distinctes. La première est la fontaine Saint-Julien, érigée en 1995, œuvre du sculpteur Georges Jeanclos. La fontaine est dédiée à la légende de Saint-Julien l'Hospitalier ; une vieille légende avec une malédiction de sorcières, un cerf qui parle, une erreur d'identité, un crime macabre, des coïncidences improbables et une histoire d'amour qui se poursuit.l'intervention divine.

Le deuxième élément remarquable de la place est le plus vieil arbre planté à Paris. Le robinier, scientifiquement connu sous le nom de Robinia pseudoacacia, aurait été planté par le scientifique qui l'a nommé, Jean Robin, en 1601. Bien qu'il y ait des doutes sur son âge réel, l'arbre est accepté comme le plus vieil arbre de Paris et continue de fleurir, après tout ce temps.

Le dernier élément intéressant de la place est la dispersion de morceaux de pierre sculptée à divers endroits. Ces morceaux de pierre sont des vestiges de la restauration de Notre-Dame de Paris au XIXe siècle. Certains des morceaux endommagés de la pierre calcaire extérieure ont été remplacés par des morceaux plus récents et les anciens ont été dispersés autour de la place René Viviani.

4. Boulevard Saint-Germain :

L'une des deux artères principales du Quartier latin, cette rue est située sur la Rive Gauche de la Seine. Le boulevard traverse les 5e, 6e et 7e arrondissements et tire son nom de l'église Saint-Germain-des-Prés. Le quartier qui entoure le boulevard est appelé le Faubourg Saint-Germain.

Le boulevard Saint-Germain est l'un des grands projets du plan de rénovation urbaine de la capitale française du baron Haussmann. Le boulevard a été créé pour remplacer plusieurs petites rues et de nombreux monuments ont été supprimés pour ouvrir la voie. Au cours du 17ème siècle, il a accueilli de nombreux hôtels particuliers, cette réputation aristocratique s'est poursuivie jusqu'au 19ème siècle.

Depuis les années 1930, le boulevard Saint-Germain est le rendez-vous des intellectuels, des philosophes, des écrivains et des créateurs. Il joue toujours le même rôle aujourd'hui, tout en abritant de nombreuses enseignes de shopping haut de gamme telles qu'Armani et Rykiel. Sa situation dans le quartier latin en fait également un lieu de rencontre pour les étudiants, français et étrangers.

5. Boulevard Saint-Michel :

Avec le boulevard Saint-Germain, ils constituent les deux artères principales du quartier latin dans le 5e arrondissement. Le boulevard est une rue essentiellement bordée d'arbres, qui marque la limite entre le 5e et le 6e arrondissement, avec les immeubles impairs du côté du 5e arrondissement et les immeubles pairs du côté du 6e.

La construction du boulevard Saint-Michel a débuté en 1860, dans le cadre du plan d'urbanisme d'Haussmann. De nombreuses rues ont dû être supprimées pour permettre la construction, comme la rue des Deux Portes Saint-André. Le nom du boulevard provient d'une porte détruite en 1679 et du marché Saint-Michel, situé dans le même quartier.

On pourrait penser que la rue est dominée par les étudiants et l'activisme, en raison de son emplacement dans le quartier latin. Cependant, le tourisme a récemment prospéré sur le boulevard, avec de nombreuses boutiques de créateurs et de souvenirs remplaçant les petites librairies le long du boulevard. La partie nord du boulevard abrite des cafés, des cinémas, des librairies et des magasins de vêtements.

6. Rue Saint-Séverin :

Largement touristique, cette rue est située au nord du quartier latin dans le 5e arrondissement. C'est l'une des plus anciennes rues de Paris, datant de la création du quartier au 13e siècle. La rue abrite aujourd'hui des restaurants, des cafés, des boutiques de souvenirs et l'une des plus anciennes églises de Paris, l'Église Saint-Séverin, est située à mi-chemin au milieu de la rue.

7. Rue de la Harpe :

Cette rue pavée du quartier latin du 5e arrondissement, relativement calme, est essentiellement résidentielle. Le côté est de la rue de la Harpe, aux numéros impairs, abrite quelques immeubles de l'époque Louis XV, tandis que les immeubles du côté opposé sont dominés par des conceptions architecturales datant de l'époque de l'aménagement urbain.

Les boutiques touristiques de la rue sont celles qui sont les plus proches de la rivière, près de l'extrémité sud de la rue. La rue existe depuis l'époque romaine, lorsqu'elle allait directement jusqu'au boulevard Saint-Germain avant d'être coupée par la construction du boulevard Saint-Michel. La rue de la Harpe doit son nom à l'un des membres de la famille Von Harpe, une famille importante du 13e siècle.

8. Rue de la Huchette :

Rue à plus forte concentration de restaurants de la ville de Paris, la rue de la Hauchette est l'une des plus anciennes rues de la rive gauche de la Seine dans le 5e arrondissement. La rue existait depuis 1200, sous le nom de rue de Laas, qui était adjacente à un vignoble clos de murs connu sous le nom de Clos du Laas. Pendant la période de développement urbain, la propriété a été divisée, vendue et la rue de la Hauchette est née.

Depuis le XVIIe siècle, la rue était connue pour ses tavernes et ses boucheries. Aujourd'hui, la rue est une destination touristique populaire et compte un grand nombre de restaurants à prédominance grecque. La rue est presque exclusivement piétonne.

Les meilleurs hôtels du 5e arrondissement

1. Hôtel Port Royal (8 Boulevard de Port-Royal, 5ème arr., 75005 Paris, France) :

En plein centre de Paris, l'hôtel Port Royal se trouve à environ 2,6 kilomètres de la cathédrale Notre-Dame et à 3,8 kilomètres du musée du Louvre. Dans cet hôtel confortable, les chambres sont simples et pratiques. Il est surtout réputé pour son emplacement idéal et sa propreté.

Plusieurs options d'hébergement sont disponibles. Une chambre double avec salle de bains commune, pour un séjour de deux nuits, coûtera 149 euros plus taxes et frais, avec possibilité d'annulation gratuite. 10 euros supplémentaires peuvent être ajoutés si vous souhaitez profiter du petit-déjeuner continental.

Ce prix est valable pour un séjour de deux nuits et comprend l'annulation gratuite, mais pas le petit-déjeuner, qui coûte 10 euros de plus si vous souhaitez l'essayer.

2. Hôtel André Latin (50-52 Rue Gay-Lussac, 5ème arr., 75005 Paris, France) :

Profitez d'une ambiance chaleureuse et d'une belle vue dans l'une des chambres de l'hôtel André Latin. Grâce à sa situation centrale, il est proche de nombreux lieux préférés. Il se trouve à 5 minutes du Panthéon et à 10 minutes du Jardin des Plantes. Plusieurs stations de métro, le RER Luxembourg et le RER Port-Royal, se trouvent également à proximité.

Une chambre double pour un séjour de deux nuits, un lit double, incluant l'annulation gratuite et le paiement à l'hôtel, coûtera 228 euros avec les taxes et les charges. Une chambre twin avec deux lits simples coûtera le même prix. Un supplément de 12 euros peut être payé si vous choisissez de prendre le petit-déjeuner à l'hôtel.

3. Hôtel Moderne Saint Germain (33, Rue Des Ecoles, 5ème arr., 75005 Paris, France) :

Situé au cœur du Quatier Latin, l'Hôtel Moderne Saint Germain se trouve à 10 minutes du Jardin des Plantes et à 15 minutes du Jardin du Luxombourg. Les stations de métro à proximité permettent de se rendre dans tous les lieux de Paris. Les belles touches de couleurs dans chaque chambre vous aideront à vous sentir à l'aise et comme chez vous.

Une chambre double supérieure avec un lit double, avec annulation gratuite et paiement à l'hôtel, coûtera 212 euros plus taxes et frais pour deux nuits. La même offre, incluant le petit-déjeuner exceptionnel de l'hôtel, coûtera 260 euros pour un séjour de deux nuits. Une chambre double supérieure avec deux lits simples coûtera 252 euros sans le petit-déjeuner et 300 euros avec le petit-déjeuner.

Les meilleurs restaurants du 5e arrondissement

1. La Table de Colette ( 17 rue Laplace, 75005 Paris France ) :

La Table de Colette, qui propose des options végétaliennes et non végétaliennes, a été qualifiée par la fondation Michelin de restaurant "éco-responsable". Elle a été félicitée pour l'utilisation de produits de saison, avec beaucoup de légumes et peu de viande. La Table sert une cuisine française, européenne et saine, à des prix très intéressants, entre 39 euros et 79 euros.

La Table de Colette propose plusieurs menus dégustation : un menu dégustation de trois plats, un menu dégustation de cinq plats et un menu dégustation de sept plats. Plusieurs clients de TripAdvisor ont apprécié le service professionnel, même si l'établissement était plein. Un client a même déclaré qu'on ne sait jamais à quoi s'attendre lors d'une dégustation, il suffit de goûter et d'être étonné par le goût !

2. Karavaki Au Jardin du Luxembourg ( 7 rue Gay Lussac métro Luxembourg, 75005 Paris France ) :

Un goût de Grèce au cœur de Paris, Karavaki Au Jardin du Luxembourg se spécialise dans les délices méditerranéens, grecs et sains. Loué pour présenter la meilleure cuisine grecque à Paris, il propose également des options végétariennes et végétaliennes. Karavaki est un restaurant familial, ce qui ajoute à l'atmosphère chaleureuse et invitante qui vous accueille.

Les critiques de TripAdvisor ont apprécié les produits frais, biologiques et de haute qualité utilisés dans les plats. La nourriture était parfaitement cuite, assaisonnée et, surtout, pas grasse du tout. Beaucoup d'entre eux ont déclaré qu'ils retourneraient certainement à Karavaki encore et encore.

3. Respiro, Trattoria, Pizzeria ( 18 rue Maitre Albert, 75005 Paris France ) :

Envie d'une cuisine italienne au cœur de Paris ? C'est l'endroit idéal pour vous ! Spécialisé dans la cuisine italienne, méditerranéenne et sicilienne, Respiro propose également des plats végétariens. Très bien notés pour la nourriture, le service et le rapport qualité-prix, les plats sont également proposés à des prix très intéressants, de 7 à 43 euros. Vous pouvez essayer le Ciccio et le Faruzza, ou peut-être le Parmiggiana Melanzane et, bien sûr, le Parmiggiana Melanzane, qui est un des meilleurs plats de la région.bien sûr, leur pizza.

4. Ya Bayté ( 1 rue des Grands Degrés, 75005 Paris France ) :

Les plats somptueux des cuisines libanaise et méditerranéenne se mêlent à l'hospitalité et à la convivialité de Ya Bayte. Tous les plats libanais traditionnels, comme le taboulé, le kebbé, le kafta et le fatayir, sont préparés et servis avec beaucoup de chaleur et d'amour, pour un prix variant entre 5 euros et 47 euros pour un plat de viandes grillées pour deux personnes.

Un visiteur de TripAdvisor a déclaré qu'il avait apprécié ses repas copieux et que la limonade fraîche l'avait aidé à se débarrasser de toutes les calories. Même les Libanais vivant à Paris ne jurent que par le Ya Bayte, qui leur présente tous les plats qui leur manquent de leur pays d'origine. Ya Bayte signifie vraiment "Ma maison" et c'est un goût de chez soi pour beaucoup.

Les meilleurs cafés du 5e arrondissement

1. Jozi Café ( 3 rue Valette, 75005 Paris France ) :

Classé numéro 1 sur la liste des cafés et thés de Paris sur TripAdvisor, ce petit café confortable situé à proximité de la Sorbonne sert des plats délicieux avec un service amical et des prix bas. Jozi Café propose également des options végétariennes et végétaliennes. Leur gamme de prix entre 2 euros et 15 euros est un autre facteur de bienvenue. Passez-y pour un brunch léger ou simplement une délicieuse crème glacée !

2. A. Lacroix Patissier ( 11 quai de Montebello, 75005 Paris France ) :

Un charmant café où vous pouvez faire une pause et déguster de délicieuses pâtisseries françaises accompagnées d'un parfait expresso. Leurs gâteaux en particulier sont très spéciaux, un internaute les décrivant sur TripAdvisor comme une surprise à chaque fois. Une gamme de prix allant de 4 euros à 12 euros vous offre également des plats végétariens très intéressants.

3. Strada Café Monge ( 24 rue Monge, 75005 Paris France ) :

Numéro 19 sur la liste TripAdvisor des cafés et thés de Paris, cet adorable petit café propose également des options végétariennes, végétaliennes et sans gluten. Vous pouvez déguster une savoureuse omelette avec un café pour un petit-déjeuner léger ou même un brunch. L'endroit est fréquenté par les étudiants de la Sorbonne, située à proximité.

Si vous avez une expérience à partager qui s'est déroulée dans le 5e arrondissement, n'hésitez pas à nous en faire part !




John Graves
John Graves
Jeremy Cruz est un voyageur passionné, écrivain et photographe originaire de Vancouver, au Canada. Avec une profonde passion pour l'exploration de nouvelles cultures et la rencontre de personnes de tous horizons, Jeremy s'est lancé dans de nombreuses aventures à travers le monde, documentant ses expériences à travers des récits captivants et des images visuelles époustouflantes.Ayant étudié le journalisme et la photographie à la prestigieuse Université de la Colombie-Britannique, Jeremy a perfectionné ses compétences d'écrivain et de conteur, ce qui lui permet de transporter les lecteurs au cœur de chaque destination qu'il visite. Sa capacité à tisser ensemble des récits d'histoire, de culture et d'anecdotes personnelles lui a valu une clientèle fidèle sur son blog acclamé, Voyager en Irlande, en Irlande du Nord et dans le monde sous le nom de plume John Graves.L'histoire d'amour de Jeremy avec l'Irlande et l'Irlande du Nord a commencé lors d'un voyage en sac à dos en solo à travers l'île d'Émeraude, où il a été immédiatement captivé par ses paysages à couper le souffle, ses villes animées et ses habitants chaleureux. Sa profonde appréciation de la riche histoire, du folklore et de la musique de la région l'a obligé à revenir encore et encore, s'immergeant complètement dans les cultures et traditions locales.Grâce à son blog, Jeremy fournit des conseils, des recommandations et des idées inestimables aux voyageurs qui souhaitent explorer les destinations enchanteresses de l'Irlande et de l'Irlande du Nord. Qu'il s'agisse de découvrir cachéjoyaux à Galway, en suivant les traces des anciens Celtes sur la Chaussée des Géants ou en s'immergeant dans les rues animées de Dublin, l'attention méticuleuse de Jeremy aux détails garantit que ses lecteurs ont le guide de voyage ultime à leur disposition.En tant que globe-trotter chevronné, les aventures de Jeremy s'étendent bien au-delà de l'Irlande et de l'Irlande du Nord. De la traversée des rues animées de Tokyo à l'exploration des ruines antiques du Machu Picchu, il n'a ménagé aucun effort dans sa quête d'expériences remarquables à travers le monde. Son blog est une ressource précieuse pour les voyageurs en quête d'inspiration et de conseils pratiques pour leurs propres voyages, quelle que soit la destination.Jeremy Cruz, à travers sa prose engageante et son contenu visuel captivant, vous invite à le rejoindre dans un voyage transformateur à travers l'Irlande, l'Irlande du Nord et le monde. Que vous soyez un voyageur en fauteuil à la recherche d'aventures par procuration ou un explorateur chevronné à la recherche de votre prochaine destination, son blog promet d'être votre compagnon de confiance, apportant les merveilles du monde à votre porte.